top of page

Faire des photos de concert





Je ne suis pas un familier du genre contrairement à certains de mes collègues et amis photographes, mais j'ai eu l'occasion pour la fête de la musique d'être LE photographe d'un groupe de musique en concert.

Exercice difficile à plus d'un titre. Riche de cette expérience, voici un article pour vous guider si jamais l'occasion s'offre à vous.

L'idée est de vous éviter autant que possible de piétiner comme j'ai pu le faire, pour m'organiser et savoir comment je devais préparer ce « shooting » très particulier.

Précisons que ce concert se déroulait en intérieur, et qu'étant le seul photographe officiel, j'avais un vrai privilège côté emplacement.

Enfin, il s’agit de conseils basés sur ma pratique de la photographie. Il existe forcément d'autres alternatives, et j'ajoute ne détenir aucune vérité en la matière.





1) Question de matériel


a) Les boîtiers

J'ai 3 boitiers. Un 7D, un 6D et un 5D IV. Pour cet exercice, je suis resté fidèle au 5D et à son petit frère le 6D. En effet, la gestion des montée en ISO est remarquable sur ces deux boîtiers. J'ai anticipé ce point avant de me poser d'autres questions.

En intérieur, on travaille souvent haut en ISO selon l’éclairage.

Dans le cas de ce concert, j’ai shooté entre 1000 ISO et 2000 ISO, pour pouvoir figer le mouvement.

Si vous avez le choix, un boîtier qui gère bien la montée en ISO fera la différence pour obtenir des images de qualité.





b) Les objectifs

Si vous le pouvez, il est important de travailler avec des optiques lumineuses pour figer le mouvement en intérieur, sans trop dégrader l’image par la montée en ISO. Il vaut mieux un 50 mm f/1,4 qu'un téléobjectif qui ouvre à f/5,6. J'ai la chance d'avoir un 50mm f/1,4 SIGMA ART, et un 70-200mm CANON Série L f/2,8.

Au besoin et à défaut d'en avoir un, louer un objectif lumineux si vous voulez un travail de qualité.





c) Le pare soleil

En concert, les projecteurs sont très puissants et peuvent dégrader vos images sans l’utilisation d’un pare soleil…cet accessoire protège vos optiques des chocs, ainsi que votre image d’aberrations chromatiques peu flatteuses sur vos clichés.


2) Question de réglages


a) Uniquement en RAW

Je vous conseille de shooter en RAW et non en JPEG. Vous pourrez, en post-production, corriger certains paramètres, comme revoir votre exposition générale ou la balance des blancs si besoin, et surtout travailler sur la réduction du bruit numérique de vos images pour en améliorer le rendu.

Ceci dit, faites en sorte de réaliser les réglages adaptés dès la prise de vue, même si la RAW vous permet une grande latitude par la suite.




b)La vitesse

Pour cette première expérience, j'ai shooté en Manuel.

J'ai fait le choix de rester à une vitesse comprise entre 1/100° et 1/250°. En effet, les musiciens n'étant pas hystériques, il n'était pas nécessaire de monter d'avantage pour figer l’action. Le vrai but étant de monter les ISO le moins possible pour garder une image de qualité.



c) L'ouverture

Pour l’ouverture, l’idée ici est de capter un maximum de lumière pour pouvoir s’autoriser à travailler à vitesse d’obturation élevée ou des ISO les plus bas possible. Utiliser une grande ouverture permet de laisser passer plus de lumière mais aussi d’obtenir un sujet dans l’action, bien détaché de l’arrière-plan ce qui dynamisera vos images.

Dans mon cas, j’ai pu être très prêt des musiciens, j’ai utilisé essentiellement mon 50mm f1.4, avec une valeur d’ouverture entre f/1,4 et f/2.8. L'idéal étant de ne pas employer la pleine ouverture afin de garder du piqué dans les images.





d) Les ISO

Pour ce reportage, j'ai décidé de laisser les ISO en AUTO, sachant que j'ai optimisé la vitesse et l'ouverture. En pratique, mes choix ont limité la montée des ISO à 1600, chiffre acceptable avec les boitiers à ma disposition.


e) L’autofocus

- Le mode de mesure de l'exposition

J’ai choisi le mode de mesure SPOT, qui prend en compte uniquement une petite partie centrale du cadre (environ 10%). Dans ces cas où la lumière est difficile ou que vous travaillez à contre-jour par exemple, le mode de mesure SPOT vous permet de réussir votre exposition sur le sujet.

- Zone de mise au point

Mon choix a été simple. Comme en sport, la zone de MAP est dédiée au capteur central uniquement.



3) La préparation


De façon générale, et avant le début du concert, essayer de repérer les lieux. Voyez où vous pourrez vous positionner. Préréglez votre boitier, ce sera ça de fait.

Faites un choix de Spot, et demandez si cela ne gène pas. Dans mon cas, le concert se tenait dans une brasserie bordelaise. Ne pas gêner les spectateurs, mais surtout le service en salle. Il est toujours dommage de trouver le Spot « idéal » et de devoir déménager parce que vous êtes un obstacle aux organisateurs et autres employés. Vous devez prendre en compte votre environnement, c'est impératif.

Et surtout, soyez inventif et créatif. Ne restez pas fixé au même endroit, même si vous avez trouvé une bonne exposition et un bon cadrage ! J’ai travaillé au 50mm, ce qui m’oblige aussi à être proche de l’action et à trouver des angles différents.



4) Conclusion

Cet article est là pour vous guider sur un premier reportage « concert ». Ensuite, ce sera à vous de trouver vos repères, vos réglages. Tout part de votre matériel, et là, nous ne sommes pas tous égaux. Mais la méthode, la logique reste la même.

A vos boîtiers ! Et si vous le souhaitez, n'hésitez pas à m 'envoyer vos photos de concert, nous en parlerons ensemble.




46 vues

コメント


bottom of page